Les terrils
Notre classe est allée visiter les deux plus hauts terrils d'
Europe. Ils s'élèvent à 187 mètres d'altitude.
Pendant longtemps, on a estimé que les terrils détérioraient
le paysage. Aujourd'hui, alors que les mines de charbon ont
toutes fermées en France, leur image change.
Il s'agit désormais, d'un patrimoine à préserver. Il est soit
aménagé en base de loisirs ou en site d'exploitation.
La constitution du terril
Arrivés sur le site, la guide nous fait une petite
présentation. Le beau temps est avec nous malgré
l'hiver.
Un terril est une petite montagne formée par les stériles,
ce sont les déchets des mines de charbon. Il est
constitué de plusieurs sortes de rocs : un fragile, le
schiste et un dur, le grès carbonifère. Selon son
ancienneté, il peut contenir une quantité plus ou moins
grande de charbon.
Leurs formes
Les plus anciens sont plats. Avec l'industrialisation et le
développement des techniques, les terrils sont devenus
coniques (forme de cône) en raison du manque de place
mais aussi grâce aux nouveaux procédés pour amonceler
les déchets.
Qu'ils nous paraissent hauts ! Dire que
ce sont les hommes qui les ont faits.
La faune et la flore
Le charbon continuant à se consumer à l'intérieur des terrils et
la couleur noire absorbant les rayons du soleil, la température
sur un terril est plus élevée que dans la plaine autour. Ainsi,
on y trouve des espèces vivant normalement dans des zones
chaudes comme le crapaud calamite ou le lézard des
murailles.
Pour la végétation, elle est aussi particulière en raison de
cette température plus chaude. Elle dépend aussi de l'âge du
terril. Plus il est vieux, plus il est boisé.
Les terrils aujourd'hui
Aujourd'hui, les terrils constituent un patrimoine qui doit être
protégé. Certains sont exploités en raison de leurs ressources :
- le schiste rouge est utilisé pour la construction de routes
- le schiste noir est utilisé pour la fabrication du ciment
- le charbon se trouvant en quantité dans les anciens terrils.
Certains sont inquiets : allons-nous le
gravir ? !
Certains d'entre nous ont ramassé des morceaux
de charbon, de schistes et de grès.
Bénédicte
En route vers le sommet
En route vers le sommet, avec des haltes
pour les explications et pour répondre aux
questions mais auusi pour reprendre son
souffle.
la petite silhouette tout en haut c'est le
chauffeur du car
la fosse d'où était extrait le charbon avec
son chevalement.
Le frère jumeau du terril que nous gravissons.
Comme le car parait petit sur le terril plat
plus ancien
187 m ! Nous y sommes. Quelle vue sur le plat pays !
Même le maître est émerveillé par le panorama
vue sur des terrils plats
Malheureusement, Logan a le vertige et
le maître l'aide à redescendre.
Enfin, il faut, nous aussi, penser à descendre en
faisant bien attention car la pente est drue.
Quelle visite originale et passionnante !
Pour en savoir plus cliquez
ici
accueil